CNAM, le « Bal du silence »